Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 15:48
LES SOIXANTE DOUZE VIERGES

Tous les amis de Bibiche et Bianca étaient réunis devant la cheminée, attendant languissamment la venue de l’idiot de Dgé. Le feu crépitait joyeusement, mais le temps d’attente était aussi long que la démagogie socialiste. Alors, pour vaincre cette monotonie, Bibiche servit des juleps spiritueux accompagnés de mignardises à une cadence relativement élevée. A la fin de cet apéritif dînatoire, toute la maisonnée était passablement avinée, sauf Bianca, réputée sobre, qui interrogea ses acolytes pour savoir qui serait la prochaine victime de la nouvelle histoire de l’idiot de Dgé.

A la fin de cette interrogation, quelqu’un toqua à la porte. Les coups répétés troublèrent l’enivrante veillée. C’était le chaînon manquant. On ouvrit et on l’introduisit l’idiot de Dgé. Tous ses amis l’accueillirent chaleureusement, le congratulèrent avec une effusion de joie qui rendrait jalouse la baronne du Poitou-Charentes. Quelques instants après, il se confondit dans le groupe d’amis en prenant part à la libation collective, puis conta sa nouvelle histoire faribolesque.

C’est une histoire authentique, dit-il en guise introduction. Bref, il s’agit du pauvre François Hache profondément dépité, et habité précocement par la future tristesse populaire, depuis que sa dernière favorite lui a présenté sa lettre de démission. Dès lors, il écrivit une lettre à ses amis pour leur dire que les larmes et la tristesse n’appartiennent pas qu’aux femmes. A la fin de cette citation, Madame la Colonelle affirma à son tour, que si Salomon pleurait, c’est parce qu’il était un homme. L’idiot de Dgé acquiesça ces curieuses citations, puis il reprit le déroulement de son histoire. Il était inconsolable, dit-il. Même Nicolas Esse tenta de ragaillardir son humeur en lui affirmant que la fidélité dans un couple marié, pacsé, ou concubiné, était aléatoire.

Face à cette évidence non consolatrice, François Hache sollicita l’aide de Dominique, réputé expert en la matière. Hélas ! Dominique ayant endossé la tunique de laine écrue et un scapulaire avec un capuce intégré, ne lui était d’un quelconque service. Ainsi donc, François Hache consulta son directeur de conscience.

Ce dernier le rasséréna, car le jour viendra, lui dit-il, qu’en raison de sa faculté à considérer la transhumance humaine contemporaine avec clairvoyance, et qu’en raison de son inconditionnelle adhésion au culte satanique, Satan lui offrira 72 vierges dans le monde obscur.

Quoi ! Lança vivement la brave mère Denise interloquée par cette curieuse récompense. Septante deux vestales ?

Ce pluriel, évidemment, surprit l’auditoire, mais l’Idiot de Dgé poursuivit le cours de cette loufoquerie en affirmant que depuis cette promesse abracadabrantesque, François Hache, pressentant un fin inopinée, porte un sous vêtement ignifugé avec une protection renforcée autour de son pénis qui devra honorer les 72 vierges pour l’éternité.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : ET VOUS TROUVEZ CA DRÔLE ?
  • : Les galéjades de Dgé
  • Contact

Recherche

Liens